L’île des chasseurs d’oiseaux – Peter MAY

« L’île des chasseurs d’oiseaux » de Peter MAY

Marqué par la perte récente de son fils unique, l’inspecteur Fin Macleod, téléchargement (13)déjà chargé d’une enquête sur un assassinat commis à Edimburg, est envoyé sur Lewis, son île natale, où il n’est pas revenu depuis dix-huit ans.

Un cadavre exécuté selon le même modus operandi vient d’y être découvert. Cependant, dès l’autopsie effectuée par le médecin légiste, Fin ne croit plus à un lien entre les deux affaires.

Sur cette île tempétueuse du nord de l’Ecosse, couverte de landes, où l’on se chauffe à la tourbe, pratique encore le sabbat chrétien et parle la langue gaélique, Fin retrouve les acteurs de son enfance, à commencer par Ange, chef tyrannique de la bande dont il faisait partie. Marsaili, son premier amour, vit aujourd’hui avec Artair. Ce même Artair dont le père a perdu la vie en sauvant celle de Fin lors de l’expédition qui, chaque année, depuis des siècles, conduit une douzaine d’hommes sur An Sgeir, pour y tuer des oiseaux nicheurs.

Que s’est-il passé il y a dix-huit ans entre ces hommes, quel est le secret qui pèse sur eux et ressurgit aujourd’hui ?

 

Peter MAY était encore inconnu pour moi il y a 2 mois. Suite à une éloge de sa « série chinoise » et après conseil de ma libraire j’ai commencé par le premier tome de la Trilogie de Lewis (série écossaise).

L’île de Lewis, où se déroule le roman, se situe au Nord de l’écosse. Le temps y ait rude : pluie, vents et aucun arbre ! Sula Sgeir, île inhabitée située à 65 km de la côté abrite la plus grande colonie de fous de Bassan. C’est un lieu clé dans l’intrigue : Lieu de tradition, Lieu de malheur, Lieu de souffrance. Pourquoi participer à la chasse traditionnelle de gugas, a modifié le destin de Fin, dix-huit ans auparavant? Qui est l’assassin d’Ange ?

Au-delà de l’enquête, qui est en second plan dans ce roman, nous découvrons la vie de Fin Macleod. Sa jeunesse plutôt chaotique, sa vie d’adulte compliqué…

J’ai eu un peu de mal à me mettre dans l’intrigue, mais une fois mon intérêt accroché je n’ai pas pu décrocher. Ce roman est prenant, sombre, dérangeant par certains sujets abordés.
Les personnages sont humains, les relations entre eux compliqués avec des non-dits. Ces secrets permettent de capter notre intérêt. Je voulais absolument avoir la réponse aux zones d’ombres !

Vous pouvez être sûr d’une chose, Le tome 2 « L’Homme de Lewis » va bientôt rejoindre ma bibliothèque ! 🙂

coeur

Publicités

Une Réponse

  1. Moi aussi j’ai découvert Peter May avec ce livre. Tout d’abord j’ai été un peu « rebutée » par toutes ces descriptions (j’ai même failli arrêter ma lecture). Descriptions de paysages, de bâtiments, de personnages, de nuages de tempête, de vents balayant la lande…. etc… etc… A n’en plus finir ! Mais malgré tout la trame du roman a pris forme et là…. j’ai été accrochée ! Je n’ai pas regretté ma persévérance. On baigne dans les traditions ancestrales, les non-dits, les rancoeurs, la violence, le désamour de la tante de Fin, sans oublier les souvenirs de relations sentimentales adolescentes. Au fil de l’avancement de l’histoire, j’ai été captivée par l’intrigue. Un bon policier attrayant et riche en rebondissements jusqu’au dénouement imprévu et tragique.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :